A l'église Ste Thérèse, nous avons vécu la fête du pardon

Les "24 heures pour la réconciliation"  ont rassemblé enfants et adultes de notre secteur pastoral

C’est le carême : devant l’autel des branches nues et des galets ; mais sur l’autel un  petit bouquet de roses roses. L’église est pleine, beaucoup d’enfants, , c’est une joie. Et des adultes de tous âges, venus des quatre clochers du secteur. On se reconnaît, on se salue, on se parle. Puis commence la célébration, présidée par le Père Sallaberry. Chants et lectures alternent.

Les lecteurs s'avancent pour la lecture de 2 récits de l’Evangile :le  du reniement de Pierre en St Luc, , commenté par quelques volontaires, enfants et adultes, avec l’aide de Père Michel : Que se passe-t-il ? Que peut- on en penser ? Pierre a peur, il ne peut suivre Jésus jusqu’au bout.
Puis nous écoutons le second appel de Pierre en St Jean, pareillement commenté : Jésus ressuscité s’adresse à Pierre : « M’aimes- tu? » Trois questions en écho aux trois reniements ; il l’appelle Simon, il reprend les évènements à leur commencement et, chose extraordinaire, à celui qui l’avait renié, il confie de guider l’Eglise naissante.

Le pardon est un don en abondance, sans résidu de rancune ou de reproche.

Puis  les catéchumènes sont appelés, quatre jeunes et deux adultes qui seront baptisés lors de la nuit de Pâques. Le célébrant leur impose les mains et toute l'assemblée prie le Seigneur qui "nous scrute et nous connaît" et fait de nous des frères et soeurs recevant sa paix pour l'échanger entre nous..

 

Commence un deuxième temps en groupes de partage : les enfants se rendent par groupes dans diverses salles. Les adultes entendent cinq témoignages de pardon, puis se dirigent vers l’un des groupes de partage selon le texte qu’ils auront choisi, pour approfondir le sujet et ouvrir leur cœur à la réconciliation.  

Plusieurs prêtres prennent place dans l’église pour offrir à qui le souhaite, enfants ou adultes, le sacrement de réconciliation. Le père Michel nous a remis un polycopié pour vivre le sacrement de réconciliation dans l'écoute de la Parole de Dieu et le dialogue (voir....)

Ce fut un beau moment d'échange autour d’un sujet sensible car la paix du Christ se décline de façon concrète dans les évènements de nos vies, parfois tragiques, parfois douloureux, parfois tout simples mais profonds, sous le regard de Dieu. « riche en miséricorde ». Il est source de miséricorde et l’ayant reçue nous pouvons la donner à nos frères et la recevoir d’eux. Parfois presque inévitablement puisque nous ne sommes pas parfaits, on se fait mal ou on agit mal mais l’amour pardonne et donne vie. C’est une bonne chose que ce chemin vers la réconciliation soit communautaire, vécu dans la Parole partagée : une façon de faire naître entre nous la paix et la joie du Christ.

Marie-Claude Peyvieux